8

8

 

8
8

La journée a passé tellement vite qu'elle ne s'est même pas rendue compte que la nuit est tombée, enveloppant la ville d'un doux voile lapis-lazuli, constellé de lucioles stellaires. Elle dit au revoir à ses amies, retrouve son frère, et ils rentrent tous deux en silence, chacun enfermé dans sa musique. Leur chez-soi est une simple maison mitoyenne à la façade blanche et au beau portail de bois clair.
.
Elle passe une soirée des plus banales, en compagnie de sa famille. Son père est un homme au crâne rasé, large des épaules et à la barbe poivre-et-sel. Sa mère, quant à elle, est une grande femme aux longs cheveux blonds et bouclés. Elle a un très joli sourire. Cataleya aime bien ces moments, où l'on parle, l'on crie et l'on rit. Après un léger repas, elle prend sa douche et va se coucher. Elle lit un livre, comme tous les soirs, pour se détendre. Elle prie à chaque coucher de soleil pour avoir un sommeil agréable et une nuit non- polluée de tonnerre ou de paralysies effrayantes.
.
Dans l'obscurité de sa chambre, enveloppée dans ses couvertures, le rouge sang de l'heure affichée sur le radio-réveil lui pique les yeux, alors elle se retourne. Il règne une chaleur sécurisante dans ses draps, elle se sent portée, bercée dans les bras de Morphée.
.
Memories turn into daydreams, become a taboo.
.
Il est assis sur son fauteuil, et somnole doucement. Elle le regarde. Il lui avait manqué. Cela faisait si longtemps qu'elle ne l'avait pas vu. Etait-il parti en voyage ? Elle n'osait pas le réveiller pour lui demander. Quelques instants plus tard, il s'éveille et elle l'accompagne, avec son frère, sa mère et son père dans leur immense voiture. Il y a trois places à l'arrière, et l'habitacle est très large, c'est la première fois qu'elle voit une voiture de ce genre. Il semble fatigué, c'est normal vu son âge. Il essaye d'écouter de la musique avec un appareil compliqué, trop de fils s'emmêlent, alors ils sont tous deux condamnés à écouter en fond un petit bruit de musique qui passe, tandis que les autres sont à leurs affaires.
.
Elle relève les yeux vers lui. Il lui lance ce regard sage, bienveillant et sincère, celui qu'elle aime tant. Elle est tellement heureuse ! Elle lui embrasse la joue, colle la sienne contre son épaule. Son pull sent l'encens, comme d'habitude, ce mélange d'odeur de vieillesse et de douceur. Elle lui empoigne la main, il est silencieux et ça lui plaît. Elle ne veut surtout pas le lâcher ; elle ne veut surtout pas revivre ce manque qui l'a détruite si souvent. Elle veut que ça dure pour toujours, le parfum d'encens et d'années dernières.
.
Une vive douleur s'empare de sa poitrine, lorsqu'elle pense qu'elle pourrait le perdre à nouveau. Le goût des larmes au fond de sa gorge la ramène à elle. Elle ouvre les yeux. Il fait noir, elle est totalement désorientée. Elle donne un coup contre quelque chose de dur, et sa lampe s'allume. Elle est dans sa chambre. Ses draps sont trempés de sueur. Ce n'était qu'un rêve.
.
Incapable d'étouffer le feu ardent de la douleur qui lui brûle les poumons, elle hurle. Elle hurle qu'elle ne peut plus vivre comme ça, qu'elle a mal, que ça lui bouffe son temps.

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.167.230.68) if someone makes a complaint.

Comments :

  • haematoma

    24/02/2018

    Poignant. Je crois que c'est le mot qui m'échappait depuis le début de ma lecture. Ce chapitre est tendre. Une tendre tristesse. Parce que c'est doux, ce rêve. On sent toute la douceur qu'elle a pour la personne. Ce rêve, il est tout doux, comme du coton. Et puis elle cri et on revient à la réalité aussi brusquement qu'elle. On a envie de crier avec elle, de douleur ou de peine. On a envie de crier tout ce qu'est caché, toute la beauté.

  • SheWolfArt

    28/11/2017

    → Contente qu'il t'ai plu, même si je trouve, j'y ai mis moins de poétisme que dans les autres. J'avais besoin d'écrire ce chapitre, parce qu'en ce moment je fais beaucoup de cauchemars comme ça.
    ----------------
    Oui, peut-être que maintenant que tu le fais remarquer, il y a peut-être un peu moins de poétisme... Mais ça n'en reste pas moins superbe à lire!
    J'espère que ça t'a un peu libérée de l'écrire et que les cauchemars finiront par passer é;è

  • SheWolfArt

    28/11/2017

    Salut ^^

    Enfin je trouve le temps de lire ton chapitre! Et quel chapitre! Sacrément prenant je trouve.
    Tu as une telle façon d'écrire que le quotidien ordinaire et banal en début de chapitre reste intéressant et plaisant à lire. Et ce rêve ... Très poignant lorsqu'on se réveille en même temps que Cataleya.

  • Far-Away-From-Home

    22/11/2017

    Coucou toi ♥
    Comme toujours, très belle écriture ! On voit que le personnage principal est enfermé dans une routine :) J'aimais bien ce début de chapitre positif puis après vint un moment toujours heureux qui est finalement un rêve, et devient donc moins heureux :( C'est fou comme même un rêve heureux peut devenir un rêve affreux au réveil..
    Je te fais plein de bisous. :)

  • Les-contes-de-Krysten

    21/11/2017

    OH comme à chaque fois j'apprécie beaucoup ta plume. C'est d'autant plus percutant que je me retrouve pas mal dans ce chapitre...
    Très bon chapitre :)

Report abuse